Jean

separator

 

 I- JEAN GILBERT

Nous n’avons aucune preuve écrite au sujet de la date précise de l’arrivée de notre premier GILBERT au Canada. La tradition familiale tient que Jean Gilbert était en Nouvelle-France vers 1645 ou 1646. De plus M. le chanoine H.A. Scott, dans son volume intitulé : Notre-Dame de Ste-Foy, nous parle quelquefois d’un certain Jean Gilbert, lequel vivait du côté de Sillery entre 1645 et 1656.

Voici un passage de cet ouvrage : « Bouchard, dit Dorval, était un habitant de Ste-Foy. C’est notre deuxième médecin. Sa terre, de quatre arpents de front sur douze et demi de profondeur, est l’avant-dernière de la seigneurie de Sillery, à l’ouest, entre celle d’Antoine Martin dit Montpellier et Jean Hayot. Il vend sa concession de Sillery à Jean Gilbert le 6 août 1656 ».

Claude Bouchard dit Dorval s’est fait concéder cette terre de Sillery par les Jésuites en 1649. Il se marie à Geneviève Hayot vers 1650. L’année suivante, son épouse décède à la naissance de leur premier enfant. Il se marie en secondes noces à Marguerite Bénard le 20 novembre 1651. Quelques années plus tard, ayant élu domicile sur la côte de Beaupré, il vend à Jean Gilbert sa concession de Sillery, sa maison est alors en ruines suite aux incursions des Iroquois. Cette vente se fait le 6 août 1656 devant le notaire Guillaume Audouart, secrétaire du premier Conseil de la Nouvelle-France établi par le Roi à Québec, pour la somme de cent livres tournois payable par ledit acquéreur audit vendeur en deux paiements, à savoir la somme de cinquante livres tournois payable présentement et l’autre paiement payable au jour et à la fête de la St-Michel le vingt neuvième jour de septembre en l’année mil six cent cinquante-sept. Le paiement pourra se faire en castor argent ou en marchandise comme des hardes et non en grain. Le contrat est signé en présence des témoins Jean Gloria et Guillaume Routtier.

Nous pouvons conclure que la terre de Jean Gilbert était à peu près située là où se trouve le parc, à l’extrémité nord du pont de Québec. La terre passe ensuite à Antoine Boesme dit Lalime, le 8 avril 1667. »

Paradoxalement, aucun des généalogistes de référence ne mentionne ce Jean Gilbert. Il serait retourné en France sans laisser de descendance.

Contrat de vente de la terre de Claude Bouchard dit Dorval à Jean Gilbert le 6 août 1656.